Docteur en médecine, psychiatre, anthropologue, militante socialiste et féministe au début du XXe siècle, Maria Montessori fut précurseur dans l’observation et la compréhension de l’enfant. Elle élaborera sa pédagogie tout au long de sa vie, scientifiquement, en la basant sur l’observation et l’expérience.

C’est au sein de la première Maison des enfants (Rome dès 1907), véritable lieu d’observation des enfants âgés de trois à six ans, que Maria Montessori prendra pleinement conscience des potentialités de l’enfant. Elle découvre « l’enfant et son secret », selon sa propre expression, secret qui réside dans le pouvoir de concentration. Elle constatera également que l’enfant est doté d’un esprit absorbant, faculté remarquable d’imprégner et d’intérioriser tout ce qui l’entoure et de construire sa personnalité avec ce que lui offre son milieu.

Ces observations ont conduit Maria Montessori à penser une pédagogie scientifique, fondée sur le désir d’apprendre et la conquête de l’indépendance, permettant aux élèves de développer leurs pleins potentiels, tout en apprenant le respect, la tolérance et la dignité en les vivant au quotidien.

Dans un environnement Montessori, afin que leurs besoins soient respectés, les enfants sont libres de choisir leurs activités, parmi une
gamme de propositions qui a été pensée et prévue pour répondre aux enjeux des périodes sensibles. La possibilité pour l’enfant de poursuivre
l’activité aussi longtemps qu’il le souhaite lui permet de satisfaire ses intérêts profonds et offre le temps nécessaire à la construction de l’intelligence, selon son propre rythme. L’enfant laissé libre de choisir son activité, de répéter autant de temps que nécessaire. Il focalise son attention sur l’activité et peut s’y concentrer de longs moments. Il devient alors un être calme, plus social, respectueux du travail de ses camarades, allant jusqu’à transformer son propre environnement familial. Chaque enfant, quel qu’il soit, poursuit au milieu des autres et avec les autres, son propre développement en satisfaisant ses différents besoins spécifiques. Il apprend alors sans effort, avec joie.

L’éducateur, et les adultes qui interagissent avec l’enfant, le guident sur le chemin de ses apprentissages, de sa construction et lui permettent
de faire ses propres expériences. Ils interviennent avec justesse et discrétion, développant ainsi la confiance de l’enfant en ses capacités et instaurant un climat de confiance, de joie, de liberté et de respect mutuel. La connaissance théorique de l’enfant, complétée par l’observation, les aident à savoir quand leur intervention est réellement utile et justifiée.